Carnet de Bord de productions oniriques, par Victor Gherardi (M2)

Le songe se distingue de la mort par le décor et la destination. Lorsque vient l’heure, chaque soir, de tirer notre linceul, l’esprit peut être abîmé à l’infini dans les entrailles d’un tunnel opaque ou bien dirigé sur les rails d’un circuit fermé à ciel ouvert. Ici – est-ce heureux ? – le trajet n’a qu’un temps. Reste à savoir si le tour sera sans heurts ou tumultueux. Cette-nuit-là, il fut si violent qu’à peine lancé, je cherchai à fuir par tous les moyens à ma disposition plutôt que d’attendre la fin ; si violent qu’il aurait paru plus sain, pour une conscience éveillée, de choisir le tunnel…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search